Lombricompostage, nos amis les vers

En mars 2018, nous sommes à nos tous débuts de notre vie "presque zéro déchet". Après avoir cuisiné un repas à base de légumes, la quantité d'épluchures présentes sur le plan de travail est très importante. Comme d'habitude nous allons les mettre à la poubelle avec grand regret. Je sais qu'il est possible de les composter car mes grands parents avaient le classique "tas de fumier" ou les donnaient à leurs poules. 
Mais voilà nous sommes en appartement... Il nous semble donc impossible de valoriser ces déchets. C'est un crève-coeur de savoir qu'ils vont être brulés alors qu'ils contiennent un pourcentage élevé d'eau. Brûler de l'eau ... une aberration ! Me voilà donc à la recherche de solutions de pour ne plus jeter les épluchures dans notre poubelle.

1. Le composteur de cuisine
Simple à utiliser, il vous suffit de mettre vos épluchures dans le seau et de les recouvrir de terreau ou de carton sec. Vous mélangez le compost une fois par semaine, et petit à petit le compost se forme. Bonus, vous récupérez du thé de compost qui vous servira d'engrais liquide pour vos plantes. Après quelques mois, vous aurez un bon compost qui vous permettra d'enrichir les substrats de vos plantes.
Nous n'avons pas retenu cette solution car j'ai lu beaucoup d'avis assez négatif sur l'odeur que dégageait ce seau. Avec du recul, depuis l'achat de la solution lombricomposteur, les odeurs peuvent principalement être évitées si vous aérez bien le compost et si le mélange carton-terre/épluchures est proche du 50-50. 

2. Cuisiner vos épluchures !
En discutant autour de moi, j'ai découvert que l'on peut cuisiner des épluchures ou des soi-disant déchets de cuisine (comme les fanes de carottes). Par exemple, les épluchures de pommes de terre peuvent être transformées en chips et les fanes de carottes/navets en soupe. Par contre, mes connaissances sur ce sujet étaient limitées.

Un jour, une amie nous a offert le livre "Rien ne se perd ! Du bon usage des épluchures." Edition Larousse. J'ai découvert des utilisations insoupçonnées des épluchures. Nettoyage du cuir avec des peaux de banane, des lotions pour le corps avec des épluchures de pommes, la fabrication de liqueurs à base de noyaux... Une vraie mine d'information ! Nous allons donc prochainement tester des recettes de ce livre. Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans le compostage, cette solution est peut-être pour vous.

3. Le lombricompostage
Au fil de nos recherches nous découvrons le lombricompostage. Cette solution nous a rapidement intrigués et a éveillé notre curiosité. Nous nous sommes renseignés sur les inconvénients / avantages d'accueillir des petits vers chez nous. Nous avons également visionné beaucoup de vidéos sur la chaine "Le lombricompostage facile" (un puits d'information, que je vous conseille vivement). Rapidement, cette solution a été adoptée par la famille à condition :
  • de trouver un lombricomposteur made in France,
  • que les vers "de départ" soient fournis ou disponible près de chez nous,
  • qu'il soit facilement déplaçable (pour le mettre à l'abri des fortes chaleurs de l'été),
  • d'avoir un lombricomposteur qui évitent la fuite des vers (je n'avais pas envie de marcher pieds nus le matin à moitié réveillée sur des vers qui se seraient échappés).
La solution du cityworms correspondait à nos attentes :
  • 100% made in France,
  • possibilité d'acheter un poids de vers qui aident le démarrage,
  • sur roulettes, 
  • anti-fuite de vers.
Et bonus :
  • il a été réalisé en plastique de deuxième génération 100 % recyclé et 100 % recyclable,
  • un robinet permet de recueillir le liquide sans problème,
  • packaging qui s'utilise pour débuter le lombricomposteur,
  • garantie 10 ans.
Nos petits vers ont débarqué à la maison par colis postal un beau matin d'avril 2018. J'ai suivi scrupuleusement les conseils de la chaîne du lombricompostage facile sur les conseils de démarrage. Tout s'est déroulé à merveille. Voici plus de deux ans qu'il fonctionne et nous en sommes très satisfait. Nos enfants adorent donner à manger à leurs copains les vers et observe la nature faire son oeuvre. Evidemment, quand nous avons annoncé à notre entourage que nous avions un lombricomposteur à la maison, les réactions ont été nombreuses ! 😀

Beurk !! Je ne pourrais jamais avoir des vers chez moi !
Et s'ils s'échappent ? Tu vas en avoir partout...beurk...
Ça ne sent pas ?

C'est bizarre comme on peut avoir des réticences vis à vis de certains animaux. Je peux comprendre que des personnes soient dégoûtées par les vers, j'ai d'ailleurs une révulsion totale pour les serpents... (alors qu'ils ne m'ont rien fait, allez comprendre... un traumatisme de l'enfance, peut-être). Sachez, en tout cas, que ce système nous évite la fuite des vers (mais s'ils sont bien dedans, ils n'ont pas envie d'aller voir ailleurs). De plus, il n'y a pas d'odeur nauséabonde. Par contre, il y a bien une odeur en soulevant le couvercle. Fermez les yeux, et vous penserez vous trouver dans un sous bois après une petite pluie. 

Nous sommes conquis et pensons même en acquérir un second. En effet, nos repas sont de plus en plus végétariens et donc la quantité d'épluchures augmentent. Nous avons beau avoir une belle quantité de vers, ils n'arrivent plus à suivre. Lors de la dernière fête des voisins, nous les avons convaincus d'installer un composteur au pied de l'immeuble (j'en parle ici). Les épluchures restantes sont donc placées dans celui-ci. 

Voici donc notre propre expérience, à vous de trouvez celle qui vous convient. 










Lombricompostage, nos amis les vers Lombricompostage, nos amis les vers Reviewed by Stephanie on 11:27 Rating: 5

Aucun commentaire:

Vous souhaitez publier un commentaire, mais vous n'avez pas de compte ? Rien de plus simple :
1 - Ecrivez votre commentaire dans la case de saisie ci-dessus
2 - Dans le menu déroulant sous la case de saisie, cocher Nom/URL
3 - Indiquer votre nom ou pseudo
4 - Cliquer "Publier commentaire"

Un Grand Merci pour votre commentaire !
A bientôt !

Translate

Fourni par Blogger.